Polynésie Française

L’île de Tahiti est le nombril de l’océan Pacifique. Elle est située dans l’archipel de la société qui compose  (avec les archipels des Marquises, des Tuamotu et du Gambier), la Polynésie Française.

L’archipel de la société contient 3 petites îles, Tahiti, Moorea et Bora Bora, issues du même point chaud.  Un point chaud est une faille dans l’écorce terrestre qui permet à la lave de percer la plaque tectonique et de créer au milieu de l’océan un îlot volcanique. Comme la plaque océanique avance mais que le point chaud demeure au même endroit, une nouvelle île va se former à côté de la précédente et ainsi de suite.

Ces trois îles n’ont alors plus aucune activité volcanique mais elles en présentent toutes les caractéristiques. Tahiti, par exemple, possède des montagnes très hautes (entre 2000 et 3000 mètres) et très abruptes (l’érosion n’a pas eu le temps d’agir) de roches noires drapées de vert.

t montagnes

La végétation y a été importée à 95% par l’être humain. Voyager dans la montagne tahitienne, c’est comme entrer dans un supermarché de légumes.

Tout y pousse de manière sauvage : avocat, papaye, mangue, plantes médicinales….

t plantes

Les fruits sont cuisinés à toutes les sauces. Le plat traditionnel  de l’île est le poisson cru (thon rouge) au lait de coco.

Tahiti (comme chaque île formée par un point chaud) s’affaisse de 7 mm par an. Au fur et à mesure que le temps passe,  l’océan gagne peu à peu du terrain sur la terre.

Il est alors très facile de deviner ce que deviendra Tahiti dans des centaines d’années. Il suffit pour cela d’observer les îles les plus anciennes de l’archipel comme Moorea et Bora Bora.

t moorea

L’effondrement de l’île a pour conséquence de faire perdre de l’altitude aux montagnes et puis surtout, il permet la création d’un beau lagon, protégé de la houle du Pacifique par une barrière de corail.

t lagon moorea

Le lagon de Bora Bora est une piscine géante, d’eau translucide à 27 degrés, et de sable blanc farineux.

t lagon bora bora

Le lagon est un lieu où les polynésiens pratiquent des activités nautiques comme la pirogue

photo pirogue

Ou le kayak

t kayak

Il est aussi possible, comme je l’ai fait, de faire de la plongée sous-marine au milieu des raies et des requins.

t raie   t requin

C’est, je peux vous l’assurer, comme de flotter dans le ciel. Les raies avec leurs battements d’ailes me rappellent une famille de cigognes en migration et les requins ressemblent à des grands cuirassiers des airs au nez profilé. Ils tournent autour de moi dans un grand calme. Je peux observer leurs yeux fixes. Certains me frôlent les pieds en faisant du rase-motte sur le sable. Contrairement aux raies, ils sont invisibles jusqu’au moment où ils vous passent à côté.

Le climat tropical (avec un taux d’humidité de près de 90 %) est très difficile à supporter. La condensation produit des nuages qui viennent se fixer sur le haut des montagnes.

t condensation

Il peut pleuvoir après un épisode caniculaire. Instantanément, la même rivière ou cascade peut gonfler après un orage de pluie et peut s’assécher après plusieurs heures de soleil.

t cascade bis

En regardant l’horizon, il y a toujours quelque part un arc en ciel qui s’accroche à un nuage. A Tahiti, c’est le ciel, et donc la lumière, qui frappe le plus.

t lumière   t lumière bis

Rien n’est jamais fixe à Tahiti, tout se créer et tout se transforme.

En ce qui concerne les tahitiens, ce sont des gens extrêmement accueillants qui vous abordent très facilement. Ils vous tutoient sans manquer de respect !

Pour vous dire bonjour ils ferment leurs poings en secouant le pousse et le petit doigt de haut en bas. Ce geste est aujourd’hui un signe de ralliement pour toute la communauté mondiale des surfeurs.

Car il ne faut jamais oublier que Tahiti est l’un des rares endroits au monde où le surf a vu le jour il y a très longtemps.

t surf

Chaque habitant est un véritable « waterman » qui possède un style de vie centrée sur l’eau.  (N’oublions pas non plus que la majorité des polynésiens prend son origine dans des peuples de Taiwan qui ont su coloniser les différents archipels en se laissant dériver sur des pirogues).

Mon collier de fleurs, que l’on m’a donné en arrivant, commence à faner.  Il me faut maintenant partir. J’enfile mon collier de coquillage que l’on offre ici aux gens qui quittent l’île.

Cap sur la Nouvelle-Zélande !

 
Commentaires

C’est magnifique ! Ça ressemble un peu à la Martinique … D’ailleurs tu m’as piqué ma photo de l’alpinia ou quoi ? J ai exactement la même !!

Classe CM Bouillerce

Bonne chance pour la traversée de l’Océan Pacifique. Fais attention aux rugbymen néozélandais !!!!!
<3 🙂

C’est magnifique bon voyage m.millerou
votre blog est trop bien
simon